• 50 visits
  • 3 articles
  • 8 hearts
  • 0 comments

07/04/2015

Sur ce blog, j'accepte:
- Les commentaires.
- Les bonnes attitudes.
- De lire les fictions de ce qui me le demande s'ils suivent ma fiction.
- Les longs conseils qu'on peut me faire pour améliorer ma fiction.
- J'enverrai un message à tous les prévenus pour les chapitres.
- Et enfin j'accepte les câlins!! 


Sur ce blog, je n'accepte pas:
- Les insultes.
- Les remarques déplacées.
- On ne copie en aucun cas ma fiction.
 
Voilà! Pour les prévenus, dites moi absolument en commentaire si vous voulez en faire partis! Bisous de moi :*!

Tags : #One Direction - #MetTonCommentaire. - #Love♥

07/04/2015

Ça, c'est moi. Lucie.
J'ai 17 ans, et ma vie est de tout ce qu'il y a de banal. Mis appart une chose: un secret me hante le c½ur. Ce secret, je le garde au fond de moi, depuis maintenant un an, même mes parents ne sont pas au courant. 
Il y a quelques mois, ma vie tournait au cauchemars,je ne mangeais plus, ne dormais plus, et des larmes roulaient sans cesse sur mes joues. Voyant qu'il y avait un problème, il y a un mois, mes parents ont décidés que je devais changer d'air pendant un moment. Depuis une semaine, je suis dans un nouveau lycée où personne ne me connais, je n'ai pas d'amis, mais ça ne me dérange pas et je n'ai pas envie de faire le moindre effort pour m'en faire.
Mais il y a toujours ce vieux dicton, qui me bloque à faire quoi que ce soit, ce dicton, je me le répète à longueur de journée: "Nos vieux démons reviennent toujours." Finalement, ma vie n'est peut-être pas si banale que ça.
 
Personnages principaux: Lucie, Harry, Niall, Zayn, Louis et Liam. 
 
METTEZ DES COMM' <3 <3

Tags : #OneDirection #LouisTomlinson #HarryStyles #ZaynMalik #NiallHoran #LiamPayne

08/04/2015

Chapitre 1:

 
Les premières lumières du jour m'annoncèrent le début de la journée. J'ouvris avec difficulté mes paupières lourdes, et regarda mon réveil. Le soleil m'avait réveillé en avance, et j'ai décidé de me lever pour me laver les cheveux, et peut-être me les lisser. Arrivée dans la salle de bain, ma douche prise, je me regarde dans le miroir. J'ai des énormes cernes. Je n'aurais peut-être pas dû lire hier soir, ce putain de livre m'a tenu jusqu'à 3 heure du matin. Une fois mes cheveux séchés, ils tombent en cascade dans mon dos, je ne sais pas si j'aurais le courage de les couper un jour, après tout, ces cheveux blonds sont peut-être la seule chose que j'ai de beau. 
Je me regarde à nouveau dans le miroir. Dans ce miroir, je vois une fille, aux cheveux blonds et aux yeux bleus, donc ceux-ci sont toujours souligné de ces horrible cernes.
Dans ce miroir, je vois aussi une fille timide au grand coeur, gentille, prête à tous faire pour ceux qu'elle aime.
Mais dans ce miroir, je vois aussi une fille dont le coeur ne semble plus battre, une fille qui n'a plus l'air de vivre, une fille qui a besoin de chaleur pour réchauffer son coeur glacé.
Je ne sais plus exactement qui m'a dit ça. 
Mais cette personne m'avais en tous cas très bien cernée. 
Après m'être habillée et maquillée, je ne pris pas la peine de déjeuner, et sortit de chez moi.
Sur le chemin du lycée, je sortit mes écouteurs et mon téléphone, la route pour le lycée était longue, alors autant en profiter!

Arrivée au lycée, je me rendit compte que j'étais super en avance, et que j'étais une des seules à être venue à cette heure-ci. Finalement, j'aurais pu me lisser les cheveux.
En retirant mes écouteurs, je fut étonnée du silence de l'endroit, les couloirs étaient complètements vides. Pas d'amoureux fougueux qui s'embrassaient avec passion sur leurs casiers, pas de mec jouant la racaille alors qu'il toussait rien qu'a sentir l'odeur de la cigarette, pas de pestes qui rigolaient rien qu'à me bousculer, non rien.


Appart ce garçon, là, assit sur mon casier, qui écoutait de la musique avec son casque beat. 
Il était brun clair aux yeux bleus, portait un t-shirt blanc à manches courtes qui laissait apparaître des tatouages, je ne l'avais jamais croisé, mais j'avais déjà vu son visage sur la photo du petit journal du lycée. Il me semble perdu dans ses pensés, le regard dans le vide. J'eu quelques secondes d'hésitations pour le prévenir qu'il était sur mon casier.
- Excuse moi...
Quand il se rendit compte que j'étais devant lui, il resta bloqué quelques secondes, sûrement parce qu'il ne réalisait pas qu'il y avait quelqu'un.
Il retira son casque, il devait être gêné que je l'ai aperçu, parce qu'il me sorta cette petite phrase: 
- Oh... c'est ton casier?
- Oui. Mais une fois que j'aurai posée mes affaires tu pourra t'y rassoir. 
- Non non... Enfin! je veux dire... Haha, excuse moi, je ne pensais pas voir quelqu'un si tôt, en général, les élèves préfèrent arriver à la dernière minute, me dit-il avec un petit sourire qui ne laissait même pas voir ses dents.
Comme je ne répondais pas, il a continué:
- Tu es nouvelle non?
Je soupire. Ça allait faire une semaine que j'était ici, je ne connaissait pas encore le visage de tout le monde, et, contrairement à ce que je pensais, tout le monde ne connaissait pas le mien.
- Depuis une semaine, finis-je par répondre.
- Je vois.
Il se leva et se poussa pour me laisser atteindre mon casier. Une fois mes affaires mises à l'intérieur, je lui fis signe qu'il pouvait de nouveau s'assoir, ce qu'il fît. 
- Hé, me cria-t-il alors que je partait, Moi, c'est Harry, et toi?
Je me suis retournée pour le regarder, je n'en avais strictement rien à faire de comment il s'appelait, dans quelle classe il était, quel âge il avait, enfin bref, je n'avais pas envie de le connaître, et je n'avais pas envie qu'il me connaisse non plus.
- Je me fiche de ton prénom, et tu te fichera de tout de façon bientôt du mien.
Il me fixa, d'abord l'air surpris, ensuite, il afficha un air neutre en posant ses bras sur ses genou.

Quand, 5 minutes plus tard, les premiers élèves arrivèrent, je me mis à regretter le calme qui régnait avant, et je repensa à ce garçon avec qui j'avais parler, ce Harry. Ça va vous surprendre, et pourtant je n'ai jamais autant parler avec quelqu'un dans cette école, même si la conversation n'avait durée que quelques minutes.
La sonnerie annonçant la première heure de cours me tira de mes pensées. Il était temps de s'ennuyer.
J'avais Anglais, non que je n'aime pas cette matière, mais dans ce cours j'étais devant une peste qui ne faisait que me faire chier et me lancer des pics. Par exemple, mon premier jour, elle avait collé un papier sur ma chaise qui disait "Tu pue, t'es moche, t'as tout pour toi!", bref, une gamine. 
Cette peste s'appelait Angelique, (Ses parents devaient sûrement ne pas se douter que le prénom qui lui fallait était sans doute "Diabolique" et non "Angelique"), c'était une de ces sublimes et parfaite peste qui est toujours là dans les séries américaines, elle était sans que je comprenne pourquoi, amie avec tout le monde, que ce soit fille ou garçon, et à chaque fois qu'elle passait devant moi avec ses petits toutou avec elle, me lançait un sourire qui voulait dire "T'a vu moi, j'ai des amis, pas toi, alors? Qui est la meilleure?".
Ce jour-là, elle chuchotait à l'oreilles de son amie qui rigolait avant même qu'elle n'ai eu le temps de dire un mot. Fatigué de les entendre, je me concentra sur le cour qui passait, enfin j'aurai voulu, si la personne à côté de moi ne m'avait pas dit:
- Dur d'être nouvelle non?
Je le reconnu immédiatement, c'était un des petit toutous de la peste. A vrai dire, je n'avais jamais fait attention à qui était à côté de moi pendant n'importe quel cour, je savais juste leurs prénoms, et lui, en l'occurence, s'appelait Zayn.
Lui était brun, brun foncé aux yeux marron, il portait une chemise coloré, ainsi que des boucles d'oreilles. J'exagère quand je dis qu'il est un petit toutou, car après tout, je l'ai juste vu parler avec elle une ou deux fois dans les couloirs.
Même si je n'avais forcément envie de lui répondre, je me suis dit qu'il faudrait bien que je communique avec des humains un jour.
- Je suppose oui.
- Hé! Tu sais, ce n'est pas la peine d'être aussi froide, ça fait une semaine que tu es là, et j'ai l'habitude de parler avec mes voisins de tables, et bizarrement, toi, tu ne dis pas un mot.
- En général j'évite de me faire remarquer, c'est tout, et je suis froide parce que je suis comme ça au naturel.
- T'es un glaçon en gros? 
Certes, ce n'était pas drôle, mais je ne pu m'empêcher d'esquisser un sourire.
- Eh bien, je vais faire des blagues à deux balles plus souvent, t'es tellement plus mignonne quand tu souris!
Je resta bouché bée, je n'avais plus l'habitude de compliments aussi direct.
Je le regarda dans ses yeux noisettes, et il m'adressa un sourire discret mais charmeur.

On a continuer à se fixer pendant quelques secondes, quand je lui répondit:
- Parle avec tes voisines de derrière, ce sera mieux que de s'adresser à un glaçon.
- Pour une fois je suis d'accord avec elle Zayn, parle pas à cette plouc, elle en vaut pas la peine.
La dernière réplique venait bien évidemment de la peste.
Une fois les cours suivants terminés, je me réfugia dans un coin de la cour où personne n'allait jamais, un coin à l'ombre du soleil, je m'assis dans l'herbe fraîche et mis ma tête sur mes genou. Des voix se bousculaient dans ma tête: 
- Mais pourquoi tu es froide?
- Pourquoi tu ne parle pas aux autres?
- Pourquoi tu évite tout le monde?
- Pourquoi...
Stop.
"Parce que je suis comme ça." 
 Oui, c'est comme ça que j'ai choisit d'être, moi, Lucie, la fille froide qu'on surnomme maintenant le glaçon.

Tags : #Chapitre1. ♥ - #MetTonCommentaire.